Protection contre la contamination par des substances cytostatiques avec Tyvek® et Tychem®

 

Tout travail avec des substances cytostatiques exige la protection des personnes face aux dangers des médicaments (effets cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques). Parallèlement, il est primordial de protéger le produit contre les risques de contamination humaine.

Les substances cytostatiques sont déjà utilisées dans les médicaments pour le traitement du cancer (chimiothérapie) afin d‘empêcher la multiplication des cellules tumorales mais de plus en plus aussi pour le traitement d’autres maladies. Cependant, leur toxicité n’affecte pas seulement les cellules tumorales mais aussi les cellules saines.

Pour protéger le personnel contre tout risque lors de la manipulation de ces substances, diverses précautions adéquates doivent être prises. Les mesures appliquées pour la manipulation de substances dangereuses en général concernent également les substances cytostatiques, ce qui signifie qu‘une priorité absolue doit être accordée à la mise en place complète de toutes les mesures d’ordre technique et organisationnel. Par exemple, il convient d’empêcher la formation d’aérosols et de poussières de cytostatiques et d’éviter toute contamination lors de la production, préparation, administration, élimination, stockage et transport des substances cytostatiques. Un contact même faible avec ces substances peut entraîner des risques sanitaires potentiels. Si des risques de contact sont avérés, le recours à des équipements de protection individuelle (EPI) est obligatoire pour garantir une protection totale efficace. La sélection des EPI dépend généralement des conclusions et des résultats en matière d’analyse des risques et des mesures techniques et organisationnelles.

Ces mesures de protection concernent toutes les personnes qui travaillent avec des substances cytostatiques, pas seulement dans le cadre des opérations de production et de préparation mais lors des phases d’administration, d’élimination et d’expédition ou même de manipulation par les équipes de nettoyage et d’entretien.

Que ce soit pour les salles blanches ou la protection chimique, tous les vêtements doivent répondre aux mêmes critères fondamentaux d’utilisation en salle blanche : le matériau doit être peu pelucheux, le modèle doit être suffisamment étanche et sa structure doit limiter les risques d’accumulation de particules sur la surface du vêtement. Pour convenir dans le cadre des substances cytostatiques, ces vêtements doivent également être confortables à porter, repousser efficacement les charges électrostatiques et être stérilisables.

Tyvek® et Tychem® : des combinaisons conçues pour la protection des produits et des personnes

Outre la protection qu’elles procurent pour les produits, les vêtements et les accessoires de protection Tyvek® et Tychem® répondent aux exigences des EPI pour les vêtements de protection chimique de catégorie III.

Marcelo Milani, directeur marketing pour la protection médicale et pharmaceutique chez DuPont fait le constat suivant : « Pour simplifier la sélection des vêtements appropriés, il est possible de classer les substances cytostatiques selon leurs exigences respectives en matière de protection : (a) particules, (b) solubilité dans l’eau et (c) solubilité dans les solvants. Cependant, il est évident que ce classement ne peut servir que de ligne directrice et qu’il ne saurait se substituer à une analyse des risques. La sélection de vêtements de protection adéquats nécessite toujours une analyse détaillée des substances dangereuses et du milieu de travail. Une série de facteurs influence fortement l’effet barrière des vêtements de protection, notamment l’état physique, la concentration, la température et la pression. Outre la protection, d’autres critères tels que le confort et l’impact sur l’environnement doivent être pris en compte au moment de choisir des vêtements de protection. »

Les vêtements de protection Tyvek® et Tychem® se déclinent en différents modèles, par exemple avec une capuche ou un col, des chaussettes intégrées, des coutures cousues ou recouvertes d’une bande thermocollée, des passe-pouces, etc. Pour compléter la gamme, de multiples accessoires, tels que manchettes, couvre-bottes, couvre-chaussures, blouses de laboratoire, tabliers et blouses / casaques avec fermeture dans le dos, sont également disponibles.

Le coût du recyclage des déchets n’est pas très élevé pour les utilisateurs puisque les matériaux Tyvek® et Tychem® ne contiennent aucun additif « critique » (par exemple, des additifs avec halogènes) et peuvent être par conséquent être incinérés par les municipalités. Il va de soi que si des vêtements ont été contaminés par des substances dangereuses, ils doivent être éliminés au même titre que les substances réelles. Les règles de mise au rebut pertinentes doivent être respectées.